Parc naturel régional du Vexin français

Espèces emblématiques

La faune « emblématique » du Vexin français

Pour mesurer l’état de la biodiversité et évaluer les actions à mener pour la préserver, le Parc réalise des inventaires de la faune de son territoire. Quelques groupes d’espèces font l’objet d’un suivi particulier. Il s’agit d’espèces menacées et d’espèces rares et caractéristiques des milieux dans lesquels elles vivent.

Le Busard Saint-Martin

© F. Lelièvre

Le Busard Saint-Martin (Circus cyaneus) est un rapace diurne qui niche chaque année dans les plaines agricoles du Vexin français. Cette espèce est protégée en France et menacée. Elle fait l’objet d’un suivi depuis 2011.

Le Busard niche principalement dans les blés et les orges. Les moissons sont de plus en plus précoces, précédant souvent l’envol des jeunes Busards. La nichée risque alors d’être détruite par la moissonneuse batteuse.

Grace à l’action conjuguée des agriculteurs, du groupe local Vexin Basse Seine de la Ligue pour la Protection des Oiseaux (LPO), du Parc naturel régional du Vexin français et de la Direction départementale des territoires du Val d’Oise (DDT 95), ce sont plusieurs dizaine de poussins qui sont sauvés chaque année.

Découvrez un peu plus cet oiseau grâce aux panneaux constituant l’exposition créée par la LPO et le Parc naturel régional du Vexin français.

Descriptif technique : 5 kakémonos (panneaux) transportables autoportants et déroulants de 200 x 80 cm • Une maquette d’un busard St Martin mâle grandeur réelle à suspendre • Un cadre numérique avec clé USB et photos • Une mallette pédagogique.

Cette exposition est mise gratuitement à disposition des communes, écoles, bibliothèques et musées.

Pour la réserver, contacter Maëlle Ladislas : 01 34 48 66 05 / m.ladislas@pnr-vexin-francais.fr.

Les chauves-souris

Insectivores, les chauves-souris des régions tempérées passent l’hiver en état d’hibernation, meilleur moyen de survivre en une période où elles ne trouvent pas à manger. Si quelques espèces hibernent dans les arbres creux comme les Noctules ou dans les bâtiments comme les Pipistrelles, les chauves-souris se réfugient pour la plupart dans des cavités souterraines où la température descend moins bas. Les grottes naturelles étant rares dans les régions de plaines, les chauves-souris recherchent les carrières souterraines désaffectées. Le Vexin français qui possède beaucoup de ces carrières liées à l’exploitation ancestrale des calcaires lutétiens est donc une région particulièrement favorable aux chauves-souris. Les chauves-souris se nourrissent la nuit et se repèrent grâce à des systèmes d’écholocation par ultrasons sophistiqués qui ressemblent à nos sonars. La pipistrelle est la plus commune des chauves-souris mais d’autres espèces ont été recensées : parmi elles, le Grand Rhinolophe, Murin à oreilles échancrées, le Murin de Daubenton, le Murin de Natterer ou le grand Murin.

 

Pour protéger les chauves-souris, il faut intervenir sur tous les habitats nécessaires au cycle biologique de ces espèces : protéger les sites d’hibernation, mais aussi les sites de reproduction et les milieux où elles chassent. Le Parc a ainsi réalisé un inventaire de tous les sites d’hibernation des chauves-souris et des opérations spécifiques ont été menées sur les sites les plus sensibles pour les préserver du dérangement par exemple par fermeture de cavités.

La chouette Chevêche

Habitante des vergers traditionnels, la chouette Chevêche est une espèce en déclin, victime de l’évolution des pratiques culturales. Ce rapace nocturne est la plus petite chouette de notre région. Elle mesure une vingtaine de centimètres pour un poids de140 à 200g. Mâles et femelles présentent un plumage identique, gris brun moucheté de blanc. Elle niche dans des vieux arbres fruiters, des saules têtards ou des bâtisses en pierre offrant des cavités. Elle se nourrit d’insectes, de vers de terre ou de rongeurs qu’elle déniche dans des terrains ouverts à végétation rase. Les vergers constituent souvent un habitat privilégié car associant "logement" et "nourriture"! Le Parc mène des actions de réservation de ces milieux de vie à travers le soutien à l’opération "Des pommes et des chevêches" en partenariat avec le Corif et le CPN de la vallée du Sausseron.

 

L’Œdicnème criard

L’Œdicnème criard est un oiseau limicole des milieux ouverts, notamment présent en Île-de-France dans les cultures sur sols secs et caillouteux. Cet oiseau très discret et mimétique est difficile à détecter de jour. Seuls les conducteurs de machines agricoles peuvent espérer l’approcher de près, l’Œdicnème devenant quasiment invisible en se couchant au sol dès qu’on approche à pied. Sa présence devient décelable au crépuscule et pendant la nuit ; il devient alors très bavard et son chant peut être entendu sur un rayon d’un kilomètre. La période pendant laquelle les chants permettent de localiser les sites de nidification occupés en journée est cependant très réduite, entre une heure avant et une heure après le coucher du soleil, les oiseaux se déplaçant pendant la nuit vers d’autres sites pour s’alimenter.

Des extraits sonores peuvent être consultés sur la sonothèque du Muséum.

https://sonotheque.mnhn.fr/?q=oedicnème+criard&start=0

La Cigale de montagne

Pour l’observer, il faudra vous armer de beaucoup de patience et d’abord la repérer à son chant -les spécialistes préfèrent parler de cymbalisation. Les mâles sont les seuls à cymbaliser, afin d’attirer les femelles. L’appareil générateur de sons est constitué par une paire de timbales situées sur le dos du premier segment abdominal, la plupart du volume de l’abdomen est vide et sert de caisse de résonance. L’abdomen de la femelle est organisé en récepteur des sons du mâle. L’adulte vit quelques semaines, ce qui contraste avec la longue vie larvaire souterraine et discrète (deux ans au moins). Dans le Vexin, la Cigale de montagne est l’hôte régulier des coteaux de Seine entre Gommecourt et Vétheuil mais se rencontre aussi sur d’autres sites : tendez l’oreille en mai et juin ! La Cigale de montagne ou Cicadetta montana est protégée en Ile-de-France.

Le saviez-vous ?

Enquête Chevêche

La Chouette chevêche, ou Chevêche d’Athéna (Athene noctua), est une espèce emblématique des paysages agricoles du Vexin. Un appel à observation est lancé afin de contribuer au recensement des populations de Chevêche sur le territoire du Parc.

Lire la suite

 
Liens utiles